Expo Flo’ 2016 – Semons la Zizanie !


Centres d'intérêt, Formation, Projets / vendredi, juillet 15th, 2016

Cette année, le thème de l’Expo Flo’ était : Semons la Zizanie !
J’ai participé au Défilé Végétal ainsi qu’à un stand sur l’origine du mot « zizanie »… Cette Exposition était ouverte au public du vendredi 18 au dimanche 20 mars 2016 a été montée en seulement 4 journées (et nuitées) !

Le principe

Plus d’info sur le principe de l’Expo Flo’ sur l’article suivant.

Cette année j’ai participé à l’élaboration d’un stand parmi les 20 proposés. Il sont réalisés dans les salles de classe de l’école et font l’objet d’un parcours dans toute l’école ! Nous étions 6 étudiants en M1 paysage et horticulture pour réaliser ce stand que nous avons intitulé « Vertueuses ou Vertes tueuses ? ».

Vertueuses ou Vertes tueuses ?

Le mot « Zizanie » veut dire « Mauvaise herbe, ivraie. » (cnrtl.org) En effet, la zizanie définissait l’ivraie qui poussait dans le blé et conduisait à de mauvaises récoltes.

A partir de cette définition, nous avons décidé de retourner aux origine des mauvaises herbes : qu’est-ce que c’est, comment sont-elles « apparues », sont-elles vraiment « mauvaises » ?

Photo du stand Plantes vertes tueuses ou vertueuses
Photo du stand

Le concept de « mauvaise herbe » est un concept anthropique. Il désigne les herbes, plantes qui se développent à un endroit qui ne convient pas à l’homme : dans le potager, les massifs, les chemins, … Attention, les mauvaises herbes ne sont pas forcément invasives, exotiques, ou néfastes ! Et une mauvaise herbe dans un potager peut être une espèce voulue et entretenue dans un massif fleuri. Aujourd’hui, on parle plutôt « d’adventice » pour qualifier ces plantes qui ne sont pas mauvaises partout !

L’histoire de l’agriculture

Finalement, c’est en se sédentarisant et en commençant à dédier des espaces pour la culture (potagers, champs) que nous avons introduit le concept de « mauvaise herbe ». C’est donc en retraçant l’histoire de l’agriculture que nous pouvons partir à la découverte des mauvaises herbes !

Plan du stand
Plan du stand – Chloé Froger

Comme vous pouvez le voir sur le plan ci-dessus, nous avons représenté les  grandes époques de l’agriculture :

  • L’époque des chasseurs-cueilleurs

Le chasseur cueilleur était nomade et cueillait ça et à les baies qu’il pouvait trouver au sein de la nature. La « mauvaise herbe » était la plante toxique qui rend malade ou tue.

  • L’époque de la sédentarisation

Lorsque l’homme se sédentarise, il dédie un espace pour les pantes vivrières : potager, champ, et commence à chasser les « indésirables ».

  • L’époque de la sélection

La sélection variétale a entraîné une « ségrégation » des plantes : il y a les bonnes qui poussent bien, nourrissent ou embellissent le jardin et les mauvaises qui ne sont pas assez satisfaisantes.

  • L’époque de l’intensification

La révolution industrielle et la mécanisation agricole a demandé une nouvelle organisation de l’agriculture en monoculture, pour une efficacité plus importante et un besoin moindre en main d’oeuvre. Ainsi les « mauvaises herbes » sont devenues de plus en plus nombreuses, et les produits phytosanitaires ont été une vraie solution pour lutter contre ce problème.

  • L’époque des résistances

Les produits phytosanitaires se sont aujourd’hui essoufflés et les « mauvaises herbes » ont développé des résistances  : les produits ne leur font plus effet. Ainsi, les champs sont de nouveau envahis de ces indésirables et les agriculteurs sont démunis.

  • L’époque du retour à la nature en ville

Aujourd’hui, on retourne vers une vision un peu plus traditionnelle de l’agriculture : des parcelles plus petites et parsemées d’espèces différentes, des bandes enherbées ou des haies bocagères, de la polyculture. En même temps, les citadins cherchent à retrouver un contact avec la nature : ils installent des plantes sur les balcons, les trottoirs, les pieds d’arbres, et cherchent à consommer les plantes sauvages.

En fin de parcours, un stand de dégustation de plantes sauvages a été installé pour présenter des mauvaises herbes comestibles : l’ortie, le sureau et le frêne. La dégustation a été animée par une entreprise bretonne :  Baies sauvages et Cie.

Baies sauvages et cie
02 99 35 15 55 / baies-sauvages.cie@orange.fr EIRL Descottes Philippe, 29, La Cheurtière 35580 GUIGNEN

Le pissenlit géant

Un pissenlit géant avait disséminé ses graines partout dans le stand, pour représenter sa présence à toutes les époques évoquées. Le pissenlit est un exemple de mauvaise herbe qui est très résistante aux différentes actions qu’a pu mener l’homme (notamment les désherbants mécaniques ou chimiques) et qui n’est pas « tueuse » mais vertueuse ! En effet, la salade de pissenlit est très appréciée au printemps.

Ce pissenlit accompagne le visiteur au fil des époques sur des panneaux explicatifs.

Quelques photos du stand…

… Pendant son montage

Un garçon tenant une grande bourrache à bout de bras
La récolte des mauvaises herbes
Le stand vide le premier jour
Le stand à notre arrivée, le lundi matin
La réalisation des personnages en carton
La réalisation des personnages
L'état du stand le jeudi
Le jeudi, le stand n’est pas encore tout à fait fini !

 … Enfin fini !

Epoques des chasseurs-cueilleurs et de la sédentarisation
Epoques des chasseurs-cueilleurs et de la sédentarisation
Epoques de la sélection et de l'intensification
Epoques de la sélection et de l’intensification
Epoques de l'intensification de la résistance et de la nature en ville
Epoques de l’intensification de la résistance et de la nature en ville : dégustation

Une réponse à « Expo Flo’ 2016 – Semons la Zizanie ! »

Les commentaires sont fermés.