Land Art : On met les voiles !


Formation, Projets / mercredi, novembre 11th, 2015

Remontons le temps, à l’apogée de l’activité navale d’Ingrandes sur Loire. Vous pourrez évoluer au fil de la construction d’un bateau prenant vie au gré des vagues enherbées.
La forme symbolique des bateaux en papier est reconnue de tous et évoque à chacun des souvenirs d’enfance.

Au cours de notre formation nous sommes amenés à développer notre créativité et à comprendre les paysages qui nous entourent. Ces compétences sont mobilisées lors de cours de dessin et d’expression plastique. Cette année j’ai suivi un cours qui a consisté en la réalisation d’une maquette sensible d’un site que nous avions visité, puis la réalisation d’une structure de type LandArt en groupe. Ce cours était très instructif et j’ai vraiment pris du plaisir à créer maquettes et structures géantes.

Le site

Nous avons passé la première journée de ce cours sur le site sur lequel nous allions travailler : un ancien chantier naval d’Ingrandes sur Loire. Ce chantier est situé sur une boire de la Loire, à la limite entre le département du Maine-et-Loire et celui de Loire Atlantique.

Image tirée de Google Maps
Image tirée de Google Maps

Ce site a une histoire liée très fortement à la Loire. D’abord car elle est le centre de la ville, mais aussi parce que la ville est construite pour la laisser entrer dans ses rues. Enfin, la Loire fut un lieu de passage très important de bateaux de commerce.

rue
Trouées dans le village pour laisser entrer la Loire en période de crue

L’histoire du chantier naval de l’entreprise Breheret est aussi très présente car elle a façonné le paysage de la boire pendant une dizaine d’années pour réparer et construire des bateaux ligériens.

Maquette sensible : un livre ouvert

Sur le lieu que nous avons étudié ce qui m’a frappé est d’abord sa beauté. L’eau qui entre dans la boire comme une coulée de diamant, entourée de verdure aux couleurs presque fluos. Nous avions la chance d’être sous le soleil, avec un vent glacial qui donnait une ambiance très pure au milieu. L’ancien gérant du chantier naval qui se trouvait auparavant dans cet endroit nous a raconté son histoire. Il était vêtu de blanc et bleu, comme un marin typique. Il nous a fait voyager dans le temps, et comprendre les éléments que nous pouvions observer autour de nous.

P1120749 P1120823

A partir de ces impressions, j’ai décidé de matérialiser un livre. Un livre ouvert à la page d’aujourd’hui, ouvert sur le monde. Cette ouverture matérialise aussi le paysage qu’il nous a été donné de voir, très ouvert grâce à son horizontalité. La première page représente le passé, et la dernière page n’est pas encore écrite. Sur la page du passé, des photos et des récits de l’histoire du site lors de sa forte activité navale. Sur la page d’aujourd’hui, le calme règne. La végétation verte est tantôt omniprésente, tantôt envahie par la Loire. La Loire scintille, tout se reflète dans cette eau : la prairie mais aussi l’image du présent qui se trouve en nous. Ce qui fait le lien entre ces deux entités et montre le va-et-vient de l’eau sont les clôtures de bois, à l’ancienne. Ainsi, dans la prairie et dans l’eau, on peut imaginer que ces petits bâtons de bois ne sont reliés par aucun fils, et sont comme des petits êtres qui donnent la magie à cet endroit. Enfin, la page de l’avenir est vide, remplie uniquement des jours du calendrier, car c’est la seule chose que nous savons sur le lendemain.

P1120849P1120850

 P1120840   P1120842

Land Art : on met les voiles !

L’intention

« L’espace de réalisation de notre projet se situe sur la prairie. Nous souhaitions évoquer la symbolique historique du site de l’ancien port naval par la réalisation d’un ensemble de bateaux de formes suggestives, façon origami.
Ces derniers se déclineront en différentes échelles selon un gradient décroissant de la prairie au contact de l’eau. A ce gradient dimensionnel se superposera aussi une échelle de temps : depuis l’apogée de la construction navale jusqu’au déclin actuel du site. Afin d’évoquer cette action la végétation envahira progressivement les épaves des navires rappelant ainsi que le règne industriel n’est que temporaire.
Le premier, le plus grand, sera composé de P17 blanc, son unité et sa couleur contrasteront avec son environnement. Contraste entre les motifs anthropiques et la nature, qui est apparue de manière récurrente dans la plupart de nos maquettes sensibles. Ce bateau témoigne de l’époque faste du port alors que les suivants sont le reflet de la perte d’activité du site. Ils perdent leur uniformité blanche gagnée par l’abondante végétation ligérienne.

Pour conforter cette symbolique et évoquer le mouvement, les bateaux vogueront sur des vagues herbeuses réalisées au moyen de tontes de différentes hauteurs.
L’étendue de la prairie nous permet d’envisager des tailles de bateau imposantes, visibles depuis plusieurs points stratégiques éloignés. Leur articulation suivra le cours naturel de la Loire. »

P1120862
Maquette d intention

Adaptations

Nous avons réussi à atteindre notre objectif : nous avons construit 5 bateaux en forme d’origami grâce à des bambous, de la peinture, du P17 et beaucoup de couture.

Le dégradé de végétation et de P17 qui au départ devait symboliser la nature qui reprend le dessus sur le chantier naval a été modifié en un dégradé de P17 qui s’accroît en direction de la boire. Cette modification propose une autre interprétation de notre œuvre. Nous avons ainsi symbolisé la construction d’un bateau qui, lorsqu’il est terminé, est mis à l’eau.
La forme symbolique des bateaux en papier évoque le souvenir d’enfance, le passé. C’est pour cela que nous avons choisi cette forme qui amène la notion de souvenir.
P1130006

P1130086
Photos de Chloé Froger

Le vendredi, nous avons présenté notre projet devant 3 publics différents : les autres personnes participant au module, les professeurs et les propriétaires des terres ; des enfants de 4 ans ; des élèves de 6e. Ces différentes présentations nous ont permis d’avoir un projet abouti et de le partager. Durant la première présentation nous avons tenté d’aller plus loin encore dans notre démarche en mettant à l’eau des bateaux en papier.

Pour avoir un aperçu de l’ensemble des travaux réalisés lors de ce cours, voici un article de la ville : ici